Imprimer

Résumé thèse Anthony DELMAS

-A +A

Contribution à l'étude de l'effet mirage : application aux mesures dimensionnelle et thermique par caméra visible, proche infrarouge et infrarouge

 

Anthony DELMAS - 14 décembre 2012

L'Institut Clément Ader Albi (ICAA) et l'Institut von Karman (IVK) mènent depuis un certain nombre d'années des travaux sur la radiométrie IR dans le but de faire de la thermographie quantitative (mesure de température vraie sans contact). Ces travaux ont permis d'explorer les potentialités de plusieurs bandes spectrales : 8-12µm, 3-5µm et plus récemment la bande 0,75-1,7µm (proche IR) à l'aide de caméras CCD (Si) ou VisGaAs. Les travaux effectués dans ce domaine spectral ont permis de mettre en évidence un certains nombre de perturbations renforcées par les hautes températures (T>800°C). Cette thèse aborde de façon détaillée le traitement d'un certain nombre de grandeurs d'influence liées à la mesure de différents paramètres dans le domaine du proche IR mais également étendus aux domaines du visible et de l'IR. La première de ces grandeurs est l'émissivité dont le traitement a déjà été abordé par d'autres études. La seconde grandeur d'influence touche plus particulièrement à la localisation des points chauds sur l'objet et la distorsion du champ de température apportée par les effets convectifs présents autour d'un objet à haute température, elle est le coeur de cette thèse. En effet, lorsqu'une pièce chaude se trouve dans un milieu ambiant beaucoup plus froid, il se crée un gradient de température et donc d'indice de réfraction autour de la pièce. Or les caméras travaillant dans les différentes bandes spectrales vont être plus ou moins sensibles à ces variations d'indices de réfraction du fait de la dépendance de l'indice optique avec la longueur d'onde et de la résolution spatiale de la caméra utilisée. Ce phénomène, appelé effet mirage, entraîne inévitablement une déformation des informations spatiales reçues par la caméra. Le but de cette thèse a donc été d'estimer et de proposer une première approche pour corriger l'erreur faite sur la mesure de température et/ou de déformation faites par caméras sur des pièces chaudes. La démarche générale du travail a donc été dans un premier temps de calculer le champ de température autour de l'objet considéré en se ramenant d'abord à des cas simplifiés. On en a déduit alors le champ de réfraction entraînant une « déformation » de l'objet, en faisant le lien entre T et n. Cette étape correspond à l'approche numérique de notre étude. Cette étape numérique a été réalisée à l'aide d'un outil de lancer de rayons développé à l'ICA. L'approche expérimentale a consisté à l'utilisation de méthodes telle que la BOS (Background Oriented Schlieren), la PIV, la strioscopie afin de déduire le champ de déplacements provoqué par le panache convectif. Ces résultats ont été comparés à la méthode numérique et ceci pour différentes longueurs d'ondes. Enfin, une stratégie de correction d'images perturbées a été abordé à l'aide de méthodes telles que la transformée d'Abel inverse afin de remonter au champ d'indice de réfraction 2D axisymétrique à partir d'une déformation plane.

Mots clés : Convection, effet mirage, visible, proche infrarouge, infrarouge, déformation, image, correction, lancer de rayons