Imprimer

Nathalie Coisne

-A +A

Le choix de l'indépendance

« L’indépendance, c’est un état d’esprit. Lorsqu’on est comme moi attirée par l’informatique, on se fait très facilement recruter par une SSII qui nous envoie en mission chez tel ou tel client. Mais a-t-on absolument besoin de cet intermédiaire ? Après trois ans chez Cap Gemini, j’ai franchi le pas et me suis mise à mon compte, en travaillant en direct pour Total avec qui je collaborais déjà au quotidien», explique Nathalie Coisne, diplômée 2008 de Mines Albi.

La jeune femme, basée à Pau, vend ses prestations au service achat de la multinationale. Son rôle : recueillir les besoins des acheteurs de Total, et en fonction de ceux-ci, faire évoluer la plateforme informatique dédiée aux achats, en corrigeant au passage les bugs éventuels. « Il ne s’agit pas d’un poste technique, je sers d’interface entre les acheteurs et les développeurs qui sont également des sous-traitants», précise Nathalie Coisne.

L’accès à l’indépendance lui a permis de doubler ses revenus. Mais la jeune ingénieure prévoit déjà l’avenir. « Je ne dois pas m’enfermer dans une mission, mais me former pour évoluer et proposer d’autres prestations. C’est une condition de survie professionnelle », dit-elle, n’excluant pas de créer une structure plus large. « J’ai une idée d’activité qui me trotte dans la tête. Mais il faut la laisser un peu mûrir »…