Imprimer

Jean-Pascal Molliet-Ribet

-A +A

Un second élan

« J’avais commencé à travailler tout de suite après mon DUT Telecom et Réseaux. Mes débuts professionnels ont été rapides, intéressants, mais dix ans plus tard, je me suis senti bloqué. Je n’évoluais plus. Je ne me voyais pas grimper encore sur les pylônes pendant des années. J’ai postulé à Mines Albi en raison de sa très bonne réputation dans la région, en particulier dans le domaine de l’énergie, vers lequel j’ai décidé de m’orienter en faisant le pari de la montée en puissance des réseaux d’énergie intelligents. 

Le suivi individuel dont j’ai bénéficié de la part des enseignants m’a permis de renforcer sérieusement mes bases scientifiques. J’ai apprécié de côtoyer des étudiants en formation initiale, dont la rapidité de calcul est impressionnante. Il est vrai que l’expérience de terrain des adultes en formation continue nous aide, nous, à  mieux comprendre les phénomènes physiques, à évaluer rapidement les ordres de grandeurs. Nous avons aussi souvent une pratique du management d’équipes, appréciée par les industriels pour les postes d’encadrement.

De fait, grâce à Mines Albi, je démarre ma deuxième carrière chez EDF, où je vais être chargé d’organiser le déploiement de capteurs de vibration et de supervision à distance dans un parc d’éoliennes, afin de pouvoir prédire les pannes. C’est un poste d’ingénieur qui correspond tout à fait à mes attentes».