Imprimer

Gabriel Robert

-A +A

Cursus pharmacien ingénieur

La légitimité méritée de l’ingénieur

«  A la fin des études de pharmacie, lorsqu’on souhaite s’orienter vers l’industrie, on peut opter pour une sixième année en alternance, option production ou contrôle qualité. J’ai préféré une formation d’ingénieur. C’est un investissement. L’effort est important. En début de scolarité, il faut se remettre à jour dans des matières qu’on avait laissées tomber depuis longtemps : les maths, la physique, l’informatique. Mais le jeu en vaut vraiment la chandelle. Dans l’industrie, la double compétence pharmacien et ingénieur change la donne et renforce la légitimité. Je m’en suis aperçu en discutant avec des interlocuteurs professionnels.

Résolution de problème

Les méthodes pédagogiques contribuent pour beaucoup au changement qui s’opère en l’espace de deux ans. Dans le cadre de l’école, on travaille en permanence sur plusieurs projets en parallèle, dont certains en lien direct avec des industriels. Cette organisation du cursus est formatrice en elle-même. Cela nous met d’emblée dans le rôle qui sera le nôtre. Il s’agit d’établir des priorités, de tenir les délais, de coordonner les actions de l’équipe. Les études d'ingénieur nous apportent cette expérience et une meilleure connaissance des technologies utilisées sur les lignes de production. L'ingénieur maîtrise les outils théoriques pour modéliser les processus et  optimiser la logistique.  Ce sont des atouts essentiels pour améliorer la compétitivité des entreprises et leur rentabilité ».